congres

Blogue

Un aménagiste régional à l’origine de l’original Parc des Appalaches

3 juillet 2018

Un aménagiste régional à l’origine de l’original Parc des Appalaches

Le Parc des Appalaches dans la MRC de Montmagny est bien connu par les propriétaires de chiens adeptes de plein air. Au Québec, il s’agit du seul parc «ami des chiens». Les chiens y sont admis partout. Le virage canin s’est réalisé graduellement et de manière consensuelle avec les gens du milieu. À l’image de la création même du Parc, original aussi par son statut d’organisme à but non lucratif administré par la communauté.

Un projet à mettre en place

C’est en vacances que Daniel Racine a eu l’idée de doter la MRC de Montmagny d’un parc régional. Les meilleures idées surgissent souvent à tête reposée. À ce moment-là, ce fut le cas pour Daniel Racine qui travaille comme aménagiste régional à la MRC de Montmagny.

C’est dans les années 80, pendant son ascension du Mont-Jacques-Cartier dans le Parc de la Gaspésie, que la chaîne d’idées s’est présentée à son esprit :

  • Le schéma d’aménagement et de développement de la MRC prévoyait de stimuler le développement économique de la région.
  • Les citoyens des huit municipalités situées loin du fleuve souhaitent attirer les touristes.
  • Les huit municipalités en question possédaient toutes un territoire riche en espaces naturels.

La création du Parc des Appalaches devenait alors un projet.
Un projet réalisable avec l’expertise de l’aménagiste régional, Daniel Racine.

Daniel et ses collègues ont alors tout mis en œuvre pour rassembler les acteurs et les intervenants du milieu. Ils ont identifié les différents sites d’intérêt écologique et touristique. Ils ont cartographié le territoire. Ils ont effectué les démarches pour obtenir les droits de gestion pour les terres publiques. Ils ont planifié les besoins en infrastructure et effectué la recherche de financement.

Quelques années plus tard, en 1997, la MRC de Montmagny et ses huit municipalités du haut pays inauguraient leur parc régional.

Un parc rassembleur

L’originalité du Parc des Appalaches ne repose pas que sur son amour des chiens mais également sur son caractère mobilisateur. Depuis le début, la concertation avec le milieu est au cœur du Parc des Appalaches. La volonté des acteurs et citoyens municipaux de participer au succès du Parc est très forte.

Le Parc des Appalaches est un organisme à but non lucratif dont le conseil d’administration représente la communauté. Il est constitué :

  • d’un élu de chacune des huit municipalités
  • de cinq représentants parmi les citoyens, les utilisateurs et les intervenant touristiques
  • d’un professionnel de la MRC de Montmagny qui agit coordonnateur à l’aménagement, en l’occurrence, Daniel Racine.

La MRC de Montmagny se charge de l’aménagement et de l’entretien des sentiers; de l’entretien, de la location et de la construction des refuges; de la signalisation et de la promotion du Parc. De leur côté, les municipalités gèrent les sites d’intérêts intégrés au Parc qui se trouvent sur leur territoire respectif comme les centres de plein air ou les campings. L’implication bénévole des citoyens y est très importante.

Des retombées positives

En plus de la fierté des citoyens et de la solidarité municipale engendrée par sa réalisation, le Parc des Appalaches a grandement contribué au développement économique dans la MRC de Montmagny.

Aujourd’hui, le Parc des Appalaches compte annuellement 40 000 visiteurs. Il a généré des investissements privés de la part d’une dizaine de partenaires dans le domaine touristique, par exemple le centre de villégiature Esker Nature et la cabane à sucre biologique Bistreau d’érable.

De plus, le Parc des Appalaches est un produit d’appel touristique fort et évocateur. Il bénéficie d’une notoriété locale et régionale enviable. Les entreprises du secteur agroalimentaire qui sont situées sur le territoire du Parc s’y collent de plus en plus, par exemple : Champignons des Appalaches (culture de pleurotes), Argousiers des Appalaches (nouvelle culture d’argousiers) et Bleu et Bon, joyau sauvage des Appalaches (bleuets sauvages). Le Parc des Appalaches offre une vitrine à ces entreprises dans son Journal du Parc dans le but de faire connaître ces produits à sa clientèle.

– AARQ

Plus d’articles